Sauver le monde
un saule à la fois !

Ramo : un modèle unique d’économie circulaire qui développe des technologies environnementales végétalisées avec des saules depuis plus de 15 ans

Boutures

Plantation de saules

Traitements d’eaux usées

Paillis BRF

Murs antibruit et clôtures

– 2006

Et si on transformait des saules en pétrole naturel ?

C’est sur la terre familiale des Allard, à Saint-Roch-de-l’Achigan, qu’a germé l’idée d’utiliser des saules pour changer la donne en matière d’environnement. Francis Allard, ingénieur de formation, appuyé de son père Mario et de son associé, Dominic Leclerc, ont décidé, en 2006, qu’ils allaient mettre cœur, énergie et matière grise au profit de la création d’un produit innovant capable de remplacer le pétrole. C’est donc avec le projet de produire de la bioénergie qu’est né Ramo qui portait alors le nom d’Agro-Énergie.

 C’est sur la terre familiale des Allard, à Saint-Roch-de-l’Achigan, qu’a germé l’idée d’utiliser des saules pour changer la donne en matière d’environnement.

– 2008

Le pétrole naturel ne fait pas le poids, mais nos saules démontrent leur capacité de survie face aux intempéries

Le biocarburant issu des saules a tout de suite été bon pour l’environnement, mais n’a pas pu faire concurrence au pétrole en ce qui a trait au prix à cause du contexte du Krach boursier de 2008. Résultat ? Notre équipe est retournée à la table à dessin et a travaillé à la création d’une nouvelle technologie environnementale à partir des saules, qui poussaient, alors, déjà très bien à Saint-Roch-de-l’Achigan.

– 2010

Souvenir de Francis Allard et Olivier Payette de passage à l’émission Les Dragons le 8 mai 2017.

Ériger nos saules en murs antibruit et en clôtures pour lutter contre la pollution sonore et visuelle

C’est lors d’un voyage en Europe qu’un nouveau départ a pu s’amorcer officiellement au sein de l’organisation. Puisque voyage rime souvent avec rencontres, Francis Allard est revenu de son périple avec un nouvel allié, soit l’entreprise Pilebyg. Il a aussi invité Olivier Payette, son ami d’enfance, à se joindre à un nouveau projet.
Cette équipe agrandie s’est ainsi lancée dans la création de murs antibruit et de clôtures ayant pour vocation de diminuer la pollution sonore et visuelle tant dans les cours privées qu’au niveau de projets d’infrastructures d’envergure. L’entreprise est alors devenue Les Écrans Verts, un autre nom qu’elle a porté avant de devenir Ramo.

– 2015

S’attaquer à nos pertes de matière première par la création du meilleur paillis au MONDE

Dans le mot « développement durable », il y a le mot « développement ». Chez Ramo, nous avons toujours été en quête de progrès. C’est pourquoi nous nous sommes posé cette question en 2015 : « Pouvons-nous faire quelque chose à partir des résidus de saules et de bois produits par nos écrans ? La réponse a été affirmative et a mené à la transformation de nos pertes en paillis BRF (Bois Raméal Fragmenté), un produit d’une grande qualité désormais vendu dans plus de 50 centres de jardin au Québec. Cet ajout a fait une pierre trois coups : il a élargi notre expertise, a réduit nos pertes et diminué notre impact environnemental.

 Chez Ramo, nous avons toujours été en quête de progrès.

– 2018

Traiter les eaux usées en exploitant tout le cycle de croissance de nos saules

Ça aura pris une dizaine d’années, beaucoup d’expérimentation et un nombre important d’heures de recherche avant que le projet du traitement des eaux de lixiviation, par nos saules, puisse se concrétiser. C’est avec une approche RBV appuyée par l’école polytechnique de Montréal que nous avons pu démontrer l’efficacité de notre nouvelle technologie dans le cadre d’un projet pilote qui s’est déroulé chez WM (lieu d’enfouissement technique) de Sainte-Sophie.
Cette technologie, en instance de brevet, qui est mieux connue aujourd’hui sous le nom Evaplant, traite différents types d’effluents et est désormais présente sur plusieurs sites dans la province

– 2021

Unir nos forces pour accueillir la croissance

Au fils des ans, l’entreprise a grandi à travers différentes entités. Il était donc temps de réunir tout ça sous un même toit afin d’être mieux outillés pour faire face à la croissance qui frappait à nos portes. Pendant que la pandémie de la COVID-19 continuait d’affecter durement plusieurs secteurs, nous avions, de notre côté, le vent dans les voiles. En effet, cette année-là, notre équipe a presque doublé et c’est le moment où le nom Ramo s’est imposé en référence aux branches de Ramo.

– 2022

Nos saules prennent racine en Abitibi et viennent au secours des sols miniers

L’année 2022 a été marquée par l’acquisition d’une terre agricole marginale de 240 hectares à La Corne, en Abitibi. Nous sommes devenus propriétaires de ce vaste espace afin de pouvoir y accueillir une pépinière de saules.
Le projet, qui se poursuit actuellement, consiste à mettre en place plusieurs plantations de saules à proximité des mines dans le but de produire du bois raméal fragmenté (BRF) qui stimulera une revégétalisation durable venant amoindrir les effets négatifs des haldes minières. Dans le cadre de cette même initiative, nous utiliserons aussi notre technologie Evaplant afin de permettre également un traitement plus efficace des eaux usées générées par les activités minières.

– Le futur

Cultiver nos idées qui foisonnent

Nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve, mais, chez Ramo, il sera assurément tout de vert vêtu ! À ce jour, notre grande équipe a toujours su mettre sa créativité à l’œuvre, par l’innovation, pour lutter activement contre les changements climatiques. Croyez-nous, nos idées, comme nos saules, vont continuer de pousser en permanence au cours des prochaines années !

Share This